Accueil > Voyage > Rencontre avec la mangouste : ce petit mammifère carnivore

Rencontre avec la mangouste : ce petit mammifère carnivore



La mangouste fait partie de ces animaux peu connus, mais qui fascinent tellement. De son nom scientifique Herpestidae, la mangouste est un mammifère carnivore féliformes. C’est un animal répartis en 38 espèces et vivant essentiellement en Afrique et dans les parties Sud et Sud-est de l’Asie. La mangouste la plus connue est l’herpetes ichneumon, une sous-espèce originaire d’Égypte, mais qui s’est implantée dans plusieurs pays, même dans le Sud-Ouest de l’Europe. La mangouste apprécie la grande chaleur et les grands espaces, notamment les savanes, les déserts et les zones arides, mais aime également vivre dans les forêts tropicales.

La mangouste est un mammifère qui mesure en moyenne entre 44 et 62 centimètres selon l’espèce, mais peut atteindre les 120 centimètres chez les mangoustes d’Afrique. Leur poids varie entre 2 et 6 kg, et sa physionomie présente une certaine similitude au suricate. La mangouste a un corps allongé qui peut rester à la verticale en se mettant debout. La mangouste est couverte de poils gris uni sur tout le corps ou en rayures pour certaines espèces et qui finit par une queue touffue. Il possède un museau pointu et des petites oreilles. La mangouste a une longévité estimée entre 7 et 12 ans. Heureusement, cet animal est observable dans plusieurs parcs zoologiques en France.

La mangouste, une espèce à l’éveil pointue

La mangouste est reconnue pour ses fortes capacités visuelles et auditives. En effet, elle possède une très bonne ouïe et une acuité visuelle accrue. Elle a aussi une flaire très développée pour guetter ses repas et faire face à ses ennemis. Les principaux prédateurs de la mangouste sont les félins, les hyènes, mais également les rapaces. On attribue à la mangouste le titre du brave chasseur de serpent, malgré sa petite taille. Avec ses dents acérées, la mangouste arrive à tuer les serpents, même les plus redoutables comme le cobra, d’ailleurs, les serpents constituent ses principaux repas. La mangouste arrive à survivre au venin de ces reptiles. La mangouste est aussi friande des œufs d’oiseaux, mais elle aime également se servir de rongeurs, de charognes, de lombrics et même de crabes.

La mangouste est un animal très actif et très alerte. Elle est dotée d’une grande agilité pour grimper dans les arbres, pour nager, pour courir et pour sauter, mais c’est aussi un animale qui apprécie la sieste, au soleil. Certaines espèces de mangouste sont plutôt solitaires, mais, généralement, la mangouste est très sociable. À première vue, la mangouste semble être très agressive, mais en l’approchant, c’est un animal doux et curieux qui apprécie les caresses. Un groupe compte 15 individus environ, mais on peut rencontrer de grands groupes composés de 40 à 70 individus. Les mangoustes aiment creuser des terriers dans lesquels sont logés une dizaine ou une quinzaine d’individus.

L’accouplement, chez les mangoustes, peut se faire jusqu’à 4 fois par an. Il est à noter que chez les mangoustes naines, seul le couple dominant aura droit à l’accouplement. Après une gestation de 45 jours chez les mangoustes naines et de 75 jours chez les espèces africaines, la femelle donne naissance à deux et même à quatre bébés mangoustes qui ne sont pas encore dotés ni de l’ouïe ni de la vue. Les jeunes mangoustes grandissent très vite et deviennent autonomes à neuf semaines, quand ils ne sont plus allaités par leur maman.

La mangouste, une existence constante

La mangouste est composée de plusieurs espèces, mais on constate que certaines tendent à disparaître. C’est le cas de la mangouste vivant dans l’île de Madagascar, qui est menacée d’extinction à cause de la déforestation massive. Toutefois, la mangouste, avec sa capacité à se proliférer très vite grâce à plusieurs portées par an, ne fait pas l’objet d’une menace. En effet, l’UICN a classé plusieurs espèces de mangouste dans la liste des animaux à préoccupation mineure. On assigne aussi à la mangouste une forte capacité d’adaptation. Elle arrive donc à changer de milieux sans trop de difficultés, surtout en ce qui concerne son alimentation.

La mangouste faisait l’objet de chasse au XIXe siècle, car, étant carnivore, son penchant pour les volailles et les œufs ont causé des dégâts considérables sur les faunes. La mangouste était pointée du doigt pour avoir engendré la disparition de l’Ameiv, le lézard endémique de Guadeloupe et de Chevêche des Terriers, une espèce de chouette. On lui reproche également d’avoir causé le déclin de plusieurs espèces autochtones d’Hawaï.

Découvrir la mangouste dans un espace protégé

On n’a pas oublié le personnage de la petite mangouste Rikki-Tikki-Tavi dans « Le livre de la jungle ». C’est le petit héros des petits et il est si légitime de leur offrir l’occasion de le voir en vrai. La mangouste fascine également les grands par sa grande capacité à chasser les serpents qu’une visite au parc soit une aubaine.

Voir la mangouste entamer des acrobaties dans les arbres ou se prélasser au soleil peut constituer de bons souvenirs aux enfants !


Notez cet article :
Rencontre avec la mangouste : ce petit mammifère carnivore 4.89/5 - 18 votes

Auteur : Mathilde


Commentaires :