Jump to content
Planete Voyage

Rejoignez Planete Voyage !

Cadeau : le kit complet du voyageur offert !

Connexion    S’inscrire au Forum

latika

Membres
  • Content Count

    8
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by latika

  1. La course de sampans La course de sampans existe au Vietnam depuis longtemps. Dans plusieurs localités, elle a son origine dans une coutume paysanne liée à l’invocation de la pluie et, plutôt qu’une compétition, qui s’adresse aux génies des eaux, la croyance de la fécondité. A Ðào Xá, province de Phú Tho, deux sampans sont en course, le mâle à la proue en forme d’oiseau, la femelle à la proue en forme de poisson. Les deux symboles symétriques s’unissent dans le yin-yang: l’oiseau est dans l’air - yang, le poisson dans l’eau - yin, le sec et l’humide, le sampan et l’onde. Le sampan au fil de l’eau et les rames qu’on agite ont pour but de réveiller le génie des eaux. Cette course n’a lieu que dans la nuit et se termine très tôt le lendemain matin. Pour les habitants du littoral la course prend le sens d’une invocation pour que la pêche soit bonne. Ailleurs la course est dédiée à la mémoire de héros de batailles navales. Voir plus http://www.asiaqueentour.com/fr/Jeux_traditonnels_du_Vietnam/La-course-de-sampans/194.chtml
  2. Le jeu du combat de coqs Le combat de coqs est un jeu populaire qui attire surtout les hommes. Il est à la fois un divertissement et un affrontement. Ce jeu est très répandu depuis longtemps au Vietnam. Il est souvent au programme des fêtes locales. Il se joue sur un terrain plat de dimensions restreintes. Au signal du tambour, les deux patrons vont chercher leurs coqs et les font se tenir face à face à environ deux mètres de distance. Au signal, les coqs sont lâchés. Ils tendent le cou, écarquillent les yeux pour s’observer, parfois ils hésitent une minute, puis ils s’approchent fièrement l’un de l’autre. Au son du tambour et des acclamations du public, ils se mettent à s’attaquer avec acharnement. S’il s’agit d’un match amical ou d'entraînement, il se joue en cinq reprises, chacune de quinze à vingt minutes, mais s’il s’agit d’une compétition, elle se joue en sept reprises. Le montant du prix que reçoit le gagnant est faible, mais l’admiration et l’enthousiasme de centaines de spectateurs sont la fierté des patrons. Source: http://www.asiaqueentour.com/fr/Jeux_traditonnels_du_Vietnam/Le-jeu-du-combat-de-coqs/190.chtml
  3. Bonjour, Vous revez de faire la croisiere a la baie d'Halong en une jonque luxe. Veuillez vous visiter le site pour trouver une des belles jonques pour votre croisiere http://halongjonquecroisiere.com. http://www.asiaqueentour.com/fr/Search_tour.html;country=88&travel_style=11 Je pense que vous aurrez des bons conseils pour votre croisiere en ecrivant pour l'email info@halongjonquecroisiere.com ou sales@asiaqueentour.com. Dans l'attente de vos nouvelles ordres, nous vous prions d'agreer, Madame et Monsieur, l'expression de nos sentiments devoues Bon weekend
  4. Bonjour, vos photos sont très beaux. J'aime bien. au revoir
  5. L’art de la poterie est l’une des traditions les plus anciennes du Vietnam. Près de Hanoi se situe le village de Bat Trang, littéralement « village des bols », le plus ancien et le plus connu village de potiers du Vietnam. A Bat Trâng, la terre est argileuse. En l’an 1100, un homme a appris aux villageois à fabriquer des céramiques. Avant, ils faisaient des céramiques blanches. L’époque d’après, on les fabriquait avec de la terre rouge, couverte d’argile blanche. Le village de Bat Trâng s’est beaucoup développé aux et siècle. Dans certains temples et pagodes, les objets cultuels sont des poteries de Bat Trâng. A Bat Trang, on fabriquait des objets pour la vie quotidienne comme des cuvettes, plats, pots, tasses, pots à vin…Les artisans ont créé beaucoup de poteries de classe supérieure. De nos jours, alors que certains métiers artisanaux au Vietnam sont en péril, le village de Bat Trang se développe, et exporte ses objets. Peu à peu, il construit sa propre marque Architecture et Beaux arts du Vietnam
  6. Le Ca Tru est un héritage culturel propre au Vietnam, dont l’appellation signifie littéralement « le chant récompensé selon le nombre de fiches distribuées ». Tradition ancienne datant du XVème siècle au moins, le Ca Tru est exécuté par un trio constitué d’une chanteuse qui s’accompagne au phach (planchette de bambou frappée à l’aide de deux baguettes en bois), d’un joueur de dan day (luth à trois cordes) et d’un joueur de trông châu (tambour dit "d’éloge"). Cet art pluricentenaire alliant poésie et musique est lié étroitement aux coutumes et rites vietnamiens. Il demande aux amateurs une solide culture classique, des connaissances en musique et une longue initiation. Le genre était un divertissement de lettrés (comme Nguy?n Công Tr?, Cao Bá Quát, Chu M?nh Trinh, T?n ?à…) qui prenaient la parole à un moment propice pendant la performance de la chanteuse et du musicien, en obéissant à une prosodie rigoureuse basée sur un modèle musical flexible. Le ca trù (ou hát ? ?ào) est une forme de musique du nord du pays, avec un répertoire composé de chants cultuels, de rivalité ou de divertissement. Il n'y a pas de mélodie fixe car elle varie en fonction de la langue à tons. Cette musique populaire qui aurait été créée par ? ?ào, une chanteuse qui aurait charmé « l'ennemi » avec sa voix tandis qu'elle frappe une planchette de bois avec une baguette, accompagnée par un luth ou un tambour et souvent dansé aussi. La plupart des chanteurs du genre restent des jeunes femmes. Dans les années 1980, le genre a été revitalisé par le relâchement de la répression gouvernementale. Le Ca tru a été reconnu le 1er octobre 2009 par l’UNESCO comme l’un des patrimoines culturels mondiaux à préserver. Lire plus http://www.asiaqueentour.com/fr/Patrimoine_Mondiale_du_Vietnam/Le-ca-tru-rythme-la-vie-dans-lancien-quartier-de-Hanoi/481.chtml Vietnam culture
  7. Le Quan Ho bac ninh est inscrit en 2009 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Les Vi?t (désignés aussi sous le nom de « kinh ») vivant dans 49 villages « Quan ho? » et d’autres villages avoisinants situés dans les provinces actuelles de B??c Ninh et B??c Giang (Viêt Nam). Les chants populaires « Quan h? » de B?c Ninh sont des chants alternés dans lesquels deux groupes – un groupe masculin et un groupe féminin – se livrent à une joute verbale. Ils marquent, au printemps et à l’automne, des événements festifs ou des rencontres amicales. Deux femmes d’un village chantent avec deux hommes d’un autre village. Ces deux groupes chantent ensemble les mêmes mélodies mais avec des paroles différentes, et toujours un groupe après l’autre. Dans chaque groupe, une personne entonne un air conducteur, l’autre, la partie secondaire, l’une et l’autre devant chanter en parfaite harmonie, au même timbre. Ce sont des chants d’amour dont les paroles sont tirées de la poésie populaire. Ils sont chantés a cappella. On peut citer quatre techniques connues : de chant : vang (retenue), r?n (résonance), n?n (tintement) et n?y (rebondissement), et trois principaux types : hát canh (chant exécuté chez des particuliers) , hát thi l?y gi?i (chant de compétition ou de concours, doté de prix ou de récompenses), et hát h?i (chant de fêtes ou de rassemblements populaires).Le Quan h? est associé à certaines pratiques coutumières, notamment le jumelage de villages (t?c k?t ch?), les liens d’amitié qui se tissent entre les groupes de chanteurs et chanteuses (t?c k?t b?n) et les veillées (t?c ng? b?n). Bien que ces coutumes ne soient pas observées aussi strictement que dans le passé, les chants sont toujours conservés et transmis au sein de la population. Source: http://www.asiaqueentour.com/fr/Patrimoine_Mondiale_du_Vietnam/Les-chants-populaires-Quan-Ho-de-Bac-Ninh/488.chtml Vietnam culture
  8. Le Nha Nhac, musique de cour vietnamienne, chef-d'œuvre immatérielle de l'humanité: l'objectif est de non seulement reconnaître la valeur de certains facteurs de l'héritage immatériel, mais encore de demander au Vietnam de s'engager à réaliser les plans fixés, afin de préserver et valoriser les chefs-d'œuvre classés par l'UNESCO. Le nhã nh?c (« Musique élégante ») ou tieu nh?c (« petite musique »), avec de 9 à 14 instruments, basée sur huit répertoires différents fixés par Luong Dang depuis le XVe siècle pouvait jouer des musiques autres que celles de cour. * Musiques rituelles : o Giao nh?c, musique de l'Esplanade du ciel exécutée à l'occasion du sacrifice au Ciel et à la Terre. o Mieu nh?c, musique des temples, exécutée au temple de Confucius et au temples des Souverains. o Ngu tu nh?c, musique des cinq sacrifices. o Cuu nhut nguyêt giao trung nh?c, musique pour le secours au Soleil et à la Lune en cas d'eclipse. o Dai trieu nh?c, musique des grands audiances. o Thuong trieu nh?c, musique des simples audiances. Lire plus: http://www.asiaqueentour.com/fr/Patrimoine_Mondiale_du_Vietnam/Le-Nha-Nhac-musique-de-cour-vietnamienne/479.chtml

© Planete Voyage - Contact - Conditions générales - Legal

×
×
  • Create New...